4e séjour au Bénin

Posté par thivi le 8 août 2009

Bénin (Cotonou, Djougou et Ouémé-Plateau)

Finalement tous les ans depuis 2006 j’ai droit à un séjour au Bénin… Cette fois il est plus long (4 semaines) et plus tôt dans l’année, j’arrive juste à la fin de la grande saison des pluies. Au menu cette année : les départements Donga, Ouémé et Plateau.

Lieux visités

 

A Bonou, surprise ! la route s’arrête là…

l'Ouémé à Bonou

l'Ouémé à Bonou

 

Qu’à celà ne tienne, un bateau vient nous chercher :

l'Ouémé à Bonou

l'Ouémé à Bonou

l'Ouémé à Bonou

l'Ouémé à Bonou

l'Ouémé à Bonou

l’Ouémé ne se forme qu’en saison des pluies, sinon il est à sec, il paraît qu’on traverse à pied ici en saison sèche. Difficile à imaginer quand on voit toute cette eau !

Sur l’autre rive, c’est le village d’Ayogo :

Ayogo

Ayogo

 

Et on aperçoit la piste en terre qui nous a mené jusqu’ici depuis Pobè :

l'Ouémé à Bonou

 

Quittons le département de l’Ouémé au sud-est, pour aller dans la Donga, à l’ouest. Halte au bord du lac Téro, aux portes de Djougou. Cette retenue artificielle est la principale réserve d’eau potable de la ville de Djougou, ville carrefour qui se développe très rapidement. Aujourd’hui il y a une demi-clôture entre la route et le lac, on n’y lave donc plus les voitures et les camions, ce qui est un vrai progrès vers la distribution d’une eau potable à Djougou !

Lac Téro

Sur la route de Ouaké, avec le Togo tout au fond :

route de Djougou à Ouaké

route de Djougou à Ouaké

Dans la Donga c’est encore la pleine période des pluies ; nous essuyons un gros orage et de nombreuses pistes deviennent impraticables. Après avoir renoncé à la voiture et continué à pied, nous traversons la campagne aux abords de Ouaké. Le Togo est tout proche.

Kakpala

Cultures d’ignames :

Kakpala

Nous arrivons finalement au village de Kakpala :

Kakpala

C’est fini pour la Donga. Nous retournons ensuite dans le sud-est du pays, dans le département du Plateau, où se déroule un curieux rite : Ouro (je ne suis pas sûr de l’ortographe !) il s’agit d’un rite Vaudou où courant août l’on « ferme » des villages en posant symboliquement des rameaux sur les routes qui y mènent. Une fois un village fermé, les fétiches vaudous peuvent sortir, suivis par des groupes d’hommes, alors que les femmes, qui ne doivent pas voir les fétiches, doivent rester enfermées toute la journée… Il règne une drôle d’ambiance dans ces villages car on voit d’ordinaire énormément de femmes au bord des rues (portant de l’eau ou du bois, ou vendant un peu de tout) et là çà paraît désert ! De temps en temps on croise des groupes d’hommes, passablement excités (ils utilisent de la « chimie » d’après mes collègues béninois) qui se défient l’un l’autre à coups de chicots (ce ne sont pas des dents pourries mais des arbustes morts). Il paraît que ceux qui ont la bonne « chimie » ne sentent rien… C’est d’ailleurs fascinant de voir quelle tournure prend la conversation quand on parle de « chimie », des fétiches et des sorciers avec les collègues béninois qui sont pourtant des scientifiques. On sent la peur de ces sorciers (peut-être avec raison !) d’ailleurs certains ont préféré rester à Porto-Novo plutôt que de venir travailler… Je ne sais pas combien de temps dure ce rite et comment on règle ensuite le problème des gens qui sont restés chez eux sans travailler !

Cà peut paraître très machiste cette tradition d’enfermer les femmes à la maison pour la journée (elle doivent en plus boucher les fenêtres pour ne rien voir, avec la chaleur qu’il fait c’est pas cool !) mais un homme nous explique qu’au contraire, pendant ces périodes où elles ne peuvent pas sortir d’abord elles ne travaillent pas au champ ou au corvées de bois et d’eau, mais de plus ne pouvant sortir, leur mari doit subvenir à tous les besoins de la famille. Ce serait donc une période plutôt favorable pour les femmes d’après notre interlocuteur.

Une autre histoire entendue raconte qu’au départ les festivités de l’Ouro avaient été confiées aux femmes mais qu’elles l’avaient mal géré, et que finalement elles ont fini par en être bannies…

A noter que les étrangers (non accompagnés par des locaux) ainsi que les appareils photos ne sont pas les bienvenus pendant ce manifestations !

 

D’autres photos du Bénin :

4e séjour au Bénin dans Afrique Benin
Bénin

Publié dans Afrique | 5 Commentaires »

Bénin 3

Posté par thivi le 20 septembre 2008

Bénin (Cotonou)

Et hop, un 3e voyage au Bénin me permet de fuir la grisaille qui persiste depuis des jours et des jours dans le nord de la France.

C’est la « petite saison des pluies » donc il ne fait pas trop chaud, par contre, çà semble logique, il pleut souvent et parfois il tombe de vraies trombes d’eau et on a eu droit à un orage carabiné ! Pour ce 3e voyage, je ne verrai que Cotonou, pas de déplacement dans les Collines… Cotonou est en pleins travaux, on asphalte les principales rues, et toutes en même temps ce qui génère un sacré bordel ! Pour moi qui me repère de façon très visuelle dans la ville, la navigation devient du coup très délicate !

Pas de photo pour ce séjour, ce sera pour la prochaine fois…

Publié dans Afrique | Pas de Commentaire »

Retour au Bénin

Posté par thivi le 30 novembre 2007

Bénin (Cotonou et Dassa)

Un an après, c’est le retour au Bénin ! Gros coup de stress pour commencer, après avoir passé les multiples contrôles à l’arrivée à l’aéroport de Cotonou, voilà qu’on me demande mon carnet de vaccination auquel je n’ai absolument pas pensé… Si je ne l’ai pas c’est le retour par le prochain avion ! Heureusement, après d’interminables minutes de fébriles recherches, je tombe sur le précieux sésame jaune qui était resté sagement dans le sac depuis le dernier voyage. OUF !

Il était bien caché!

Je vais donc pouvoir honorer les nombreuses commandes de collier qui m’ont été faites !

Colliers béninois

Une autre spécialité béninoise ce sont les accidents. Pour éviter les trous sur la droite de la route, les camions roulent à gauche. On évite les trous, mais pas toujours celui qui vient en face :

Collision entre 2 poids-lourds

Les camions sont chargés à bloc jusqu’à la limite du raisonnable, et même au delà :

camion renversé

Tout spécialement pour Bertrand, quelques portraits de Béninoises :

Portraits de Béninoises

Ci-dessous, c’est là où je bosse quand je suis au bureau à Cotonou :

la cour du Ministère de l'Hydraulique

Sympa non le Ministère de l’Hydraulique ?

notre bureau bien rangé

A la sortie de Cotonou, direction Bohicon :

A la sortie de Cotonou

A la sortie de Cotonou

Comme partout au Bénin, on trouve de tout au bord de la route : carafes d’essence multicolores, charbon de bois emballé dans des gros sacs blancs qui se terminent en pointe, fruits et mêmes énormes poissons-chats…

A la sortie de Cotonou

A la sortie de Cotonou

Charbon de bois en vente au bord de la route

Marché à Bohicon

A la sortie de Cotonou

Là c’est sûr, on est vraiment sorti de la ville :

Campagne entre Cotonou et Bohicon

Après 3-4 heures de route, on atteint les collines du département des … Collines !

Colline de Dassa

Colline de Savé

Colline de Savalou

Mes collègues béninois, prêts à dégainer leur GPS pour noter les coordonnées. Il faut voir l’effet qu’on produit dans les villages, quand on débarque de notre 4×4, avec un « uomo » (un blanc) et 3 mecs les mains pleines de machines bizarres, griffonant des signes cabbalistiques sur nos blocs notes puis repartant aussi vite que nous sommes venus…

En plein travail...

Le travail terminé, retour à Cotonou en passant par Abomey visiter le palais des rois.

Un des bâtiments du palais des rois d'Abomey

On y trouve de superbes nappes de lin tissées, mais comme je ne suis pas accompagné de mon ami résident à Cotonou, je vais avoir beaucoup de mal à en obtenir un prix correct… Tant pis, elles sont trop belles !

Dans la cour du musée d'Abomey

Publié dans Afrique | 7 Commentaires »

12
 

sri lanka |
29N-Le-Bout-du-Monde-Finist... |
Vacances : l'évêché à Azilone |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | notre voyage en inde
| quebecadeux
| La Réunion, notre île intense!